dimanche 3 juillet 2011

Je n'ai pas peur - Niccolò Ammaniti


Sous une chaleur écrasante, les enfants jouent et se lancent des défis, pour tuer l’ennui. Les relations entre les différents membres de la bande sont d’ailleurs bien décrites. J’avais l’impression de me retrouver dans ma jeunesse, lorsqu’on se raconte des histoires pour passer le temps plus vite, tout en ne voulant pas que se termine les vacances. Une ambiance qui m’a rappelée Nuit d’été de Dan Simmons. Sauf qu’ici, rien de fantastique, mais la description d’une vague criminelle des années 70-80 en Italie, où les enlèvements étaient monnaie courante.

Traduction ou volonté de donner une tonalité enfantine au récit ? Dans les deux cas, j’ai été gênée par la narration : on passe parfois du coq à l’âne, certaines concordances des temps ne sont pas respectées ce qui perturbe la lecture et la compréhension. Ce qui fait un bilan en demi-teinte : le sujet était vraiment très intéressant mais la narration ne m’a pas convaincue.

2 commentaires:

XL a dit…

J'ai ressenti le même sentiment mitigé et la même gêne en lisant Eau lourde et autres nouvelles et je crois que son style ne doit vraiment pas être facile à traduire, en tout cas, je me suis dit que je devrais le lire en VO pour vérifier

volcan a dit…

Oui Xl, lis-le en VO, c'est d'une pure beauté...